Créer mon blog M'identifier

Mark Twain, "Pour guérir un rhume"

Le 2 octobre 2014, 10:40 dans Livres 4

Je vous laisse écouter cette nouvelle que l'on trouve, par bonheur, en streaming sur le web ! Venez m'en dire des nouvelles et, si cette nouvelle vous plaît, vous pouvez lire le recueil dans son entier : Mark Twain, Contes et Mécontes.

Pour l'audio, c'est par ici !

 

Bonne écoute les amis !

Le charme de la Vendetta

Le 25 septembre 2014, 17:22 dans Livres 3

               Je suis dans le maquis, en Corse. Et toi ? Où es-tu ? Je suis avec Prosper, Prosper Mérimée plus exactement, et nous sommes entourés de joyeux brigands, faisant de la Vendetta une religion. "On dirait le Sud, le temps dure longtemps, et la vie surement, plus d'un milion d'années, et toujours en été..." Tu les entends les cigales ? L'herbe sèche qui crisse sous la sandale et tu sens l'odeur du chaud ? Si c'est la cas, c'est que tu es déjà un peu parti avec moi. Je te laisse quelques secondes de plus, je t'attends derrière le chêne défraichi, suis le chien errant, il peut me suivre à la trace, il te mènera à moi. Fais attention  toi, regardes où tu marches, et si tu vois quelque chose briller, couche toi par terre et rampe. Les balles perdues ici, tu sais, elles sont légion. Alors, enfile ton couvre chef, ouvre tes oreilles, ne sourcille pas, ne cligne pas des yeux et rejoins moi. Là, tu vois tu es là, viens te réfugier dans notre abris de Fortune, la Colomba est là, au chevet de son frère bléssé. Tu as vu comme elle est belle, cette brune au yeux de feu ? C'est elle qui dirige, c'est elle qui mène la danse sous son voile noir. Elle ne dansera pas tant que son frère n'aura pas vengé son père. Une histoire de famille, l'honneur. Elle me parle de la force, je la crois et je la suis. Viens. Chut. Doucement. Le bruit est notre pire ennemi...

 

Bribes

Le 21 septembre 2014, 17:38 dans Livres 3

J'ai envie d'écrire des bribes. J'aime écrire, oui, beaucoup. Mais je n'arrive pas a tenir un personnage sur plus de vingt pages. Fuyez le naturel, il revient au galop. Alors, j'ai envie d'écrire des bribes... des bouts de vie. Mis bout à bouts, bout par bouts, la déconstruction est aussi une forme de construction. Je, moi, l'alias de moi-même, vis de petites choses, de petits boulots (bon orientés dans le but d'une carrière certes), de petits instants, de légers moments. Je (elle?) suis un être heureux, à la minute, triste à d'autres minutes, prolixe ou silencieuse selon les instants, raisonnable ou déraisonnée. Je ne forme pas un tout unique et invariable, alors pourquoi je voudrais me raconter dans la linéarité ? 

1ère bribe :

Elle (Je?) n'avait pas usé la vie, à peine entamée en réalité. La première bouchée d'un savoureux gateau juste digéré. Mais elle portait un regard que de nombreuses personnes jugent sage. Le paradoxe qui fait d'un enfant un être écouté pour ses conseils avisés sur le fonctionnement du monde. La naïveté peut-être explique l'illusion de cet effet. Ils l'écouteront, sagement assis derrière leurs bureaux, prendront des notes de ce qu'elle va leur dire, comme si elle détenait la science dans son entier, comme si elle comprenait les rouages d'un système qu'elle oserait leur dévoiler. Ce même système qu'elle essaie encore, avec peine, de sonder, de découvrir, d'analyser (un peu, si peu). Et là, elle doit dévoiler ses connaissances sans laisser paraître ses lacunes, elle doit être la force. 

2ème bribe :

(Prénom féminin, raccourci par L.). L. est un être superficiel. Elle est un être intellectuel. Toutes deux sont réunies dans un vase clos : la famille. Pire ! La belle-famille. En se promenant dans ce musée de fortune, il faudrait voir d'un côté un cadre baroque, rococo, travaillé à la feuille d'or, plus épais, oui, bien plus épais que le tableau qu'il est censé mettre en valeur. De l'autre côté, lui faisant face, un cadre noir, quelques baguettes fines, peut-être même pas polies. Du bois brut, peint à la va-vite, emprisonnant une toile inachevée. L. ne s'intéresse qu'à elle-même, se soumettant très volontiers à la mode du selfie, abusant de son reflet. Narcisse à l'Iphone, image sans âme. Rancoeur.

 

 

Voir la suite ≫